L’Habitació de les Desateses

Stella Rahola Matutes


(Barcelona, 1980 - )

Stella Rahola Matutes revendique la matière comme une substance toujours sujette au changement du fait de l’intervention d’êtres humains et non humains, de sa manipulation, de son interaction avec son environnement ou de la dynamique de ses réactions chimiques. Cela implique, politiquement, de prendre en compte les processus de fabrication et les rapports de pouvoir qui y sont associés, c’est-à dire les travailleuses, leurs outils et les espaces de production.

Cette exposition déroule ces idées en prenant pour exemple la transformation d’un matériau, le verre, et en observant, en première instance, la façon dont on le travaille dans un atelier artisanal. Les différents moments du processus de soufflage du verre borosilicate y apparaissent à travers quatre dispositifs. Le premier, L’Aprenent (L’Apprenti), montre l’étape initiale de l’élaboration des pièces, tandis que le dernier, La Fossera (La Fossoyeuse), présente le box en métal dont disposent tous les ateliers de verrerie pour y entreposer les résidus.

La controverse gagne notre pays, qui ne crée pas assez d’excédents de verre borosilicate – il n’y a pas ici assez de travail manuel, pourrait-on dire – pour que ce matériau puisse entrer dans le processus standard de fusion et de recyclage subséquent. Un autre acteur non humain intervient donc : le lichen. Il s’agrippe et pousse, décomposant ainsi le verre et le transformant en substrat. Il constitue la première entité de la nature qui prépare le terrain pour le développement futur de nouveaux êtres.