Fundació Vila Casas
MUVACC


CAT | ESP | ENG | FRA

Exposition virtuelle

Xavier Corberó


Corberó, privat
Début 09/01/2017
Exposition réalisée le 21 Février au 26 Avril 2006, à Fundació Privada Vila Casas

Intime et privé, le pouvoir de surprendre de Xavier Corberó

 

 

Les idéologies politiques,

sociales ou générationnelles n’ont plus guère d’importance.

Ce qui compte aujourd’hui,

c’est surtout la force de l’imagination

 et le pouvoir de surprendre, d’impressionner.

 

Bartosz Zurawiecki, 1997

 

 

Pas facile d’entrer dans l’univers privé de Xavier Corberó ! Je ne sais pas si on pourrait appeler l’exercice que je me propose « prendre le taureau par les cornes », ce que je me garderais d’ailleurs de faire au sens littéral étant donné mon respect des animaux. Mais le fait est que dans le monde où nous allons nous plonger l’animal humanisé occupe une place aussi...


en savoir plus

EXPOSITION DE PEINTURES: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21
Marit
2008
Sculpture
Marbre et fer

Cet artiste, dont l’œuvre figure dans les grandes collections du monde, comme celles du MoMA de New York, du Stedelijk Museum d’Amsterdam ou du Victoria and Albert Museum de Londres, a présenté en 2008 une exposition plus intime à la Fundació Vila Casas. Les dessins, les sculptures et les peintures que l’on pouvait y voir constituaient une facette privée de l’artiste et permettaient de mieux comprendre, à travers des anecdotes de sa jeunesse, comment il s’est construit. Cette œuvre en marbre et en fer offre une certaine vision du mariage. Le « mari », les yeux tristes, privé de parole, nous regarde. Connaissant l’humour de l’artiste, son goût de l’ironie et de la satire, on se demande s’il exprime une conviction ou s’il s’agit simplement d’un défi ou d’une provocation.
En Jordi
2002
Sculpture
Marbre rose portugais et fer

Cette délicate pièce en marbre nous présente un portrait synthétique de Jordi. L’artiste travaille souvent à partir de cette simplification des formes, cherchant en dernière instance l’essence ou les particularités du sujet qu’il représente. Cette façon si singulière qu’il a de regarder, intuitive, spéciale, peu commune, lui permet de cerner les éléments qui composent et définissent quelqu’un ou quelque chose, ses traits les plus primordiaux. Sur ce visage, ce pourrait être l’expression sérieuse du modèle, le rictus d’un sourire à peine esquissé ou un regard seulement rendu par deux points et deux traits en guise de sourcils, qui dressent le portrait d’un personnage soucieux. Corberó a le don d’observer les plus petits détails, d’atteindre la justesse en ne retenant que le strictement nécessaire et de refléter ainsi une identité dans ce qu’elle a de plus propre.
Dibuix preparatori d'En Jordi
2002
Drawing
Graphite sur papier

Il est intéressant de noter que dans les études préliminaires à ses sculptures, l’artiste accomplit déjà cette synthèse conceptuelle du sujet. Dans celle-ci, les lignes se transforment en reliefs, en volumes contrastés et en rythmes. Un certain primitivisme présent dans son œuvre contribue à démythifier le sujet représenté et à rendre la perception de la réalité qui est celle de l’artiste plus proche de nous. Fermement convaincu que la technologie diminue l’esprit humain, Corbero travaille de façon artisanale, accordant autant de valeur au processus qu’au résultat final. Ce dessin montre combien le concept joue chez lui un rôle fondamental et combien la sculpture achevée est tributaire de ce processus de création. Il affirme lui-même : «L’une des choses dont je suis certain, c’est que la transcendance de l’art est un mensonge. Tout est transcendant. » C’est à partir de cette prémisse que Corberó fait ce qu’il fait, conférant à toute action une forme de transcendance.
"Que no". Desacuerdo radical
2005
Drawing
Technique mixte sur toile

Picturalement parlant, cet artiste échappe à toute volonté de créer son sceau, sa signature artistique. Il ne faudrait pas confondre cette qualité, ou cette particularité, avec un manque quelconque de maturité picturale, mais y voir bien plutôt un pouvoir de multiplicité. Celui d’une personne sensible et vivante qui nous invite souvent à participer à son univers singulier. Et on perçoit souvent chez Corberó un grand sens de l’humour. Deux personnages flous, face à face, s’opposent dans ce « désaccord radical ». Et on n’éprouve pas le besoin, à vrai dire, de connaître l’identité des sujets. Il suffit de savoir que « non », il n’y a pas de réconciliation possible et que l’important dans cette image est précisément le conflit. Corberó montre d’une façon contondante et épurée, par un trait énergique, que ces deux individus ne vont pas se mettre d’accord. Ils s’affronteront éternellement sous notre regard attentif.
No em facis això que m'irrita
1960
Peinture
Technique mixte sur toile

Les œuvres de cet artiste échappent à tout mouvement artistique. Elles se meuvent souvent entre l’informalisme, l’abstraction et le surréalisme. Peut-être sous l’influence de ses amis Dalí, Man Ray et Duchamp, qu’il a rencontrés à Cadaquès et qui l’ont amené à travailler à New York. Car Xavier Corberó est un personnage riche d’histoires qui racontent, qui éclairent son travail. Il s’exprime avec transparence, ce qui n’a rien de péjoratif, l’évidence de ce qu’il montre étant parfois, précisément, ce que nous sommes pas capables de voir. No em facis això que m’irrita [Ne me fais pas ça, ça m’énerve] est un exemple de cette transparence. Un œuvre à la couleur neutre percée d’un seul point rouge, comme un énervement visuel. Dans l’un de ses derniers entretiens, une phrase résume bien sa démarche en ce sens : « Si tu sais deux trois choses et que tu sais les exprimer, tu expliques un tableau, mais un tableau qui a besoin d’être expliqué, c’est de merde, et ils sont presque tous comme ça. »
Autoretrat verdader
2002
Drawing
Encre sur papier

L’artiste montre parfois des animaux humanisés, des personnages caricaturaux, des images outrancières et démythifiées de personnages pleins de vitalité. Corberó est un cheval, ce n’est pas nous qui le disons, c’est lui qui l’affirme avec une telle assurance qu’on ne saurait le contredire. Voici un « autoportrait véritable », c’est sa vision, il n’y a pas à discuter. Ses autoportraits ironiques et drôles sont vifs, acides, satiriques. Quelle réaction l’artiste attend-il du spectateur ? Sans doute l’amusement et le divertissement. Car pour Corberó rien n’est plus dramatique que de s’ennuyer. D’une nature bien trempée, il s’amuse, il jouit de ses propres jeux. Et qui sait, en cherchant bien, on trouvera peut-être la ressemblance.
Samurai
Sculpture
Polyester avec du graphite

De toute évidence, chez Corberó les matériaux sont inséparables des sujets de ses sculptures. La pierre possède à ses yeux des connotations naturelles, il lui attribue une valeur particulière en raison de ses liens avec la nature. On remarque aussi dans quelques-unes de ses sculptures publiques une prédilection pour certains matériaux. Lui-même parle notamment de la noblesse du basalte. Et cette roche volcanique confère une dimension presque météorique ou spatiale à certaines de ses créations. D’autre part, l’artiste se souvient que dans sa jeunesse, en proie au désir de créer, donnant à certaines pierres une importance singulière, mais manquant d’argent, il lui était même arrivé de se rendre au cimetière pour y « prendre » du marbre et l’utiliser dans ses œuvres. C’est un homme qui éprouve une grande passion pour la composition matérielle, s’attachant à l’aspect physique, mais aussi à la dimension spirituelle de l’organique. Samurai [Samouraï] témoigne de son respect et de son admiration pour la forme. La taille de la roche s’accorde à merveille avec la conception épurée de l’artiste. L’art n’est pour lui que nature.
Blanca nit
1960
Peinture
Technique mixte sur toile

Corberó était un enfant solitaire. Sa mère est morte quand il était petit et son père combattait sur le front. Est-ce cette solitude qui lui a permis de développer une si grande imagination ? D’où lui vient cette capacité à comprendre la réalité d’une façon aussi synthétique ? Si quelque chose définit cet artiste, c’est bien sa liberté d’expression et de création. Il place la liberté individuelle au-dessus de tout. Et la liberté est ce qui permet à l’individu de créer inconditionnellement, loin des impositions sociales et de la perception des autres. Blanca nit [Blanche nuit] est une pièce dominée par l’obscurité. Des noirs et des terre de Sienne teintent la nuit que nous voyons ici. Mais il ne faut pas oublier qu’il s’agit pour l’artiste d’une « blanche nuit ». Peut-être devrait-on s’inspirer de la capacité de Corberó et percevoir librement cette nuit et la couleur qui en émane.
Taxi
1995
Peinture
Technique mixte sur bois

L’artiste a beaucoup voyagé dans sa jeunesse. Il a fait ses études à l’école Massana, créée par son propre père et par Llorenç Artigues, puis à la Central School of Arts de Londres. C’est à Munich qu’il a présenté sa première exposition personnelle. Ensuite, il est parti pour New York, entraîné par des personnalités marquantes du surréalisme. En 1979, il s’y est installé définitivement. Fasciné par les États-Unis et la culture américaine, convaincu que New York était le centre du monde, il s’est imprégné de toutes les stimulations visuelles qui l’entouraient. Taxi (1995) est une œuvre issue de cette expérience. Encore une fois, il synthétise la réalité ; il teint le bois en jaune, il montre l’essence du sujet qu’il représente. Les lettres composent une image qui évoque le style des affiches. Le T et le I ont une dimension volumétrique qui rappelle ses sculptures.
New Mexico
1981
Peinture
Huile sur toile

Cette œuvre présente une image contondante. Austère et ethnique. Dans sa quête infinie de l’essence, l’artiste semble avoir cherché à saisir l’âme du Nouveau Mexique. Chaque détail est soupesé : la toile de jute, la composition statique, les tons terreux et l’effilochement du support. Cette œuvre nous montre un paysage solitaire, vide et épuré, presque désertique, dont le personnage principal est une silhouette isolée. Un paysage qui semble une empreinte gravée dans la moelle de l’artiste.
Cielu Miu
1981
Peinture
Technique mixte sur toile

El sobre reservat
1995
Peinture
Technique mixte sur bois

Sentiments
1960
Peinture
Technique mixte sur toile

Fred
1981
Peinture
Huile sur toile

Naixement
1960
Peinture
Huile sur toile

Chile
2002
Sculpture
Fer rouillé et coulé

Baix de pressió
2002
Drawing
Encre sur papier

Entrada
1962
Peinture
Technique mixte sur toile

Tardor
1981
Peinture
Technique mixte sur toile

Enamorat
2002
Drawing
Marqueur sur papier

Nit de pluja
1962
Peinture
Technique mixte sur toile





MUSÉES PHYSIQUES DE LA FUNDACIÓ PRIVADA VILA CASAS:
BARCELONA

ESPAIS VOLART
Exhibicions temporals Art Contemporani

Espai Volart
BARCELONA

MUSEU CAN FRAMIS
Museu de Pintura contemporània

Can Framis
PALAFRUGELL

MUSEU CAN MARIO
Museu d’Escultura Contemporània

Can Mario
TORROELLA DE MONTGRÍ

MUSEU PALAU SOLTERRA
Museu de Fotografia Contemporània

Palau Solterra



© 2015 Fundació Vila Casas   *   Politique de confidentialité   *   Cookies policy   *   Site map   *   Anunzia