CAT | ESP | ENG | FRA
Facebook Twitter Youtube Pinterest Youtube Linkedin Foursquare

Exposition virtuelle


Saudades de Sâo Paulo
Début 23/03/2020
Exposition réalisée du 1 février au 3 mai 2020.

Cette exposition rend hommage à l’œuvre photographique de Palmira Puig et de Marcel Giró, en même temps qu’elle évoque le parcours de vie d’un couple extraordinaire.

 

Les guerres qui ravagèrent l’Europe au cours du xxe siècle poussèrent à l’exil un grand nombre de créateurs de disciplines diverses, dont la photographie, notamment vers des pays d’Amérique Latine. C’est le cas de Marcel Giró (Badalona, 1913 - Mira-sol, 2011) et de Palmira Puig-Giró (Tàrrega, 1912 - Barcelone, 1978), qui s’installèrent au Brésil, où ils vécurent jusqu’en 1978. Tous les deux participèrent très activement à l’avant-garde photographique brésilienne.

Dans un premier temps, lors de...


en savoir plus

EXPOSITION DE PEINTURES: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

Palmira Puig. Sense títol (Marcel Giró)
1950
Photographie
Photographie vintage. Gélatine argentique sur papier.

Toni Ricart, le neveu de Marcel Giró et de Palmira Puig, à qui nous devons l’existence de la collection, m’a raconté une histoire qu’il tenait de son oncle. J’ose en faire un résumé tout en me permettant d’ajouter un peu de poésie à ses propos. Le maître donna trois conseils à l’élève. Le premier : fermer les yeux dans l’obscurité. Théoriquement, il parlait du laboratoire photographique, mais peut-être s’agissait-il, mieux encore, de la pleine conscience et de la mémoire corporelle, qui ont une réelle importance dans la création photographique. Le deuxième : décentrer la ligne d’horizon. Le troisième : retenir son souffle au moment de la prise de vue en vitesse lente ou rapide. Symboliquement, cette triade résume le processus créatif du photographe.
Palmira Puig. Sense títol (Palmira Puig i Marcel Giró)
1950
Photographie
Photographie vintage. Gélatine argentique sur papier.

Marcel Giró provient d’une famille catalane du secteur textile. Il suit des études à l’École d’ingénieurs industriels de Terrassa (Barcelone) et s’engage comme volontaire dans le Régiment pyrénéen, force militaire de la Generalitat de Catalogne. Cependant, dès 1937, en pleine guerre d’Espagne, il prend le chemin de l’exil et, partant de la ville de Berga, traverse les Pyrénées à pied. En 1940, il réussit à gagner la Colombie, où il fonde avec deux autres camarades une petite société textile. En 1940, Marcel Giró et Palmira Puig peuvent enfin se marier par procuration avant de se rejoindre en Colombie. Par la suite, en 1948, ils s’installent à São Paulo.
Marcel Giró. Sense títol (Palmira Puig)
1950
Photographie
Photographie vintage. Gélatine argentique sur papier.

Palmira Puig naît au sein d’une famille cultivée, d’un haut niveau intellectuel, ce qui lui permet dès son plus jeune âge de jouir d’une éducation supérieure et d’avoir accès à d’enrichissantes références culturelles. À ce contexte, il faut ajouter la carrière politique de son père, député à Madrid. Palmira fait des études de commerce et, pendant la Guerre civile espagnole, travaille très activement pour la Generalitat de Catalogne. La guerre terminée, la maison familiale de Tàrrega est réquisitionnée et la bibliothèque paternelle jetée par la fenêtre. Une partie de la famille, dont Palmira, s’installe à Barcelone. La jeune femme y vit jusqu’en 1942, date à laquelle elle parvient à sortir du pays pour rejoindre Marcel en Colombie.
Palmira Puig. Sense títol (Marcel Giró)
Photographie
Réimpression de photographies. Imprimé avec 12 encres pigmentées sur papier Baryta.

Marcel Giró. Sense títol
1950
Photographie
Réimpression de photographies. Imprimé avec 12 encres pigmentées sur papier Baryta.

Palmira Puig. Vendedora de flores
1950
Photographie
Réimpression de photographies. Imprimé avec 12 encres pigmentées sur papier Baryta.

L’œuvre de Palmira Puig est aussi fondée sur un traitement expérimental et audacieux de ses images en noir et blanc. Le corpus le plus important de ses photographies se caractérise par la poésie et l’élégance de ses natures mortes, ses paysages et ses portraits. L’importance qu’elle confère à la figure humaine et à son environnement s’inscrit dans le nouvel art figuratif qui surgit à la fin des années 1950 au sein de l’École pauliste. Ses images, prises dans la plus grande discrétion, nous rapprochent de la vie quotidienne sur les marchés et dans les villages. Enfants, vendeuses de fleurs et personnes âgées qui regardent rarement la caméra sont fixés par son objectif. Elle ne fait pas simplement le portrait de quelqu’un, mais y imprime sa volonté. Elle montre un grand intérêt formel à photographier l’environnement des gens et fait preuve d’une énorme tendresse dans sa façon d’observer leurs gestes et leurs travaux.
Palmira Puig. Sense títol
1950
Photographie
Réimpression de photographies. Imprimé avec 12 encres pigmentées sur papier Baryta.

Aussi bien Giró que Puig témoignent d’un intérêt particulier pour la photographie dite humaniste, ce qui les distingue des autres membres du Foto Cine Clube Bandeirante. Ils étaient pratiquement les seuls à photographier les favelas et leurs habitants, les enfants et les personnes âgées. Ils ne voulaient pas simplement documenter les conditions dans lesquelles vivaient les gens, mais aussi montrer, avec une grande dignité, leurs regards, leur beauté, leur élégance. En définitive, la capacité de résistance que transmettaient ces êtres capables de vivre heureux. C’est là que réside l’intention politique de leurs photographies.
Palmira Puig. Sense títol
1950
Photographie
Réimpression de photographies. Imprimé avec 12 encres pigmentées sur papier Baryta.

Palmira Puig. Comportas
1950
Photographie
Réimpression de photographies. Imprimé avec 12 encres pigmentées sur papier Baryta.

Palmira Puig. Estudo
1950
Photographie
Réimpression de photographies. Imprimé avec 12 encres pigmentées sur papier Baryta.

Palmira Puig. Enchente
1950
Photographie
Réimpression de photographies. Imprimé avec 12 encres pigmentées sur papier Baryta.

Marcel Giró. Sense títol
1930
Photographie
Photographie vintage. Gélatine argentique sur papier.

Les premières photos de Giró datent des années 1930, avant la Guerre civile espagnole. Un grand nombre ont été prises dans les Pyrénées catalanes. Il s’agit pour la plupart de paysages et de détails des montagnes et des lacs. Il y en a aussi beaucoup, telle la série des proues d’embarcations de plaisance, qui dénotent un regard tourné vers l’abstraction, un aspect récurrent dans toute son œuvre ultérieure.
Marcel Giró. Sense títol
1950
Photographie
Réimprimer la photographie. Encres pigmentées sur papier HP mat-litho-réaliste.

Palmira Puig, outre son apport personnel en tant que photographe, a constitué un point de repère essentiel pour Marcel Giró. Elle est une source d’inspiration de sa production artistique, notamment de ses portraits les plus célèbres. Dans ses images les plus expérimentales, la présence de la figure de Palmira devient aussi le point de référence de l’échelle de l’objet pris en photo. En 1953, Palmira et Marcel ouvrent leur propre studio de photographie à São Paulo, l’Estúdio Giró, qui va devenir l’un des plus importants studios de photographie publicitaire du Brésil jusqu’à sa fermeture en 1978, moment où ils décident de rentrer en Espagne. Palmira Puig était à tel point impliquée dans le travail publicitaire de l’Estúdio Giró que l’approbation finale de chaque réalisation dépendait toujours de son jugement.
Marcel Giró. Sense títol
1950
Photographie
Réimprimer la photographie. Encres pigmentées sur papier HP mat-litho-réaliste.

Giró et Puig n’ont jamais abandonné définitivement l’engagement documentaire de leur œuvre, forgé dans l’entre-deux-guerres. Même dans les photographies où ils se consacrent aux formes, aux géométries et à d’autres expérimentations propres a la modernité de l’École pauliste – nom du mouvement qui surgit au sein du Foto Cine Club Bandeirante –, on constate le souci de documenter les transformations des villes, l’industrialisation, la vie moderne, comme chez d’autres artistes de leur génération et membres du FCCB, tels Paulo Pires, José Yalenti, Ademar Manarini, Eduardo Salvatore et Gaspar Gasparian.
Marcel Giró. Sense títol
1950
Photographie
Réimprimer la photographie. Encres pigmentées sur papier HP mat-litho-réaliste.

Dans ses œuvres, d’une unité formelle significative, Marcel Giró focalise son attention sur les métropoles en expansion. Même dans les ombres les plus dures, dans les géométries les plus froides, dans les contrastes les moins subtils, il y a toujours une délicatesse qui va au-delà des photographies mêmes. Ce regard attentif permet à Giró de réaliser des œuvres singulières tirées du banal et du quotidien, des tables par exemple – ou ce qui semble être des tables –, lesquelles, vues d’une certaine façon, pourraient se transformer en scénarimage d’un spectacle de danse.
Marcel Giró. Esboço
1950
Photographie
Réimprimer la photographie. Encres pigmentées sur papier HP mat-litho-réaliste.

Le Foto Cine Clube Bandeirante, fondé en 1939, fut un groupe d’une certaine envergure internationale qui remit en question le pictorialisme et commença à intégrer l’esthétique moderne à la photographie brésilienne. Parmi d’autres membres du Club, citons Thomaz Farkas, Eduardo Salvatore, Geraldo de Barros, Rubens Teixeira Scavone, German Lorca, José Oiticica Filho et Gaspar Gasparian. En 1950, les photographes s’étant rapprochés du Foto Cine Clube Bandeirante commencent à briser l’isolement que la photographie a subi jusque-là et la revendiquent comme une expression artistique autonome à partir de l’exploration et la recherche de nouveaux cadrages, géométries et jeux de lumière et d’ombre. C’est alors que naît l’École pauliste, nom utilisé par les revues spécialisées de l’époque pour se référer aux photographies modernes du Foto Cine Clube Bandeirante. Marcel Giró en devient l’un des membres les plus remarquables et Palmira Puig y est admise en 1956.
Marcel Giró. Sense títol
1950
Photographie
Réimprimer la photographie. Encres pigmentées sur papier HP mat-litho-réaliste.

Marcel Giró s’adonne à des essais selon une vision de la photographie qui assume les ambiguïtés entre la figuration et l’abstraction. Ses photographies sont très souvent des compositions visant à construire une forme. Elles tentent de troubler la perception du spectateur, tantôt en jouant avec l’échelle des objets, tantôt en soulignant les effets graphiques de l’objet pris en photo. Il s’agit d’images d’une surprenante unité formelle. Il a beau employer les ombres les plus dures ou la géométrie la plus froide, toutes ses photographies demeurent imprégnées de poésie. Pour Giró, qui considère la photographie comme un art, la recherche de nouveaux langages s’avère fondamentale. En quête d’une nouvelle esthétique, il se sert du langage formel avec une syntaxe qui lui est propre, il altère les perspectives, il pousse à l’extrême le contraste entre les lumières et les ombres et, en rapprochant au plus haut point les lignes et les textures, il finit parfois par convertir ses photographies en « peintures ».
Marcel Giró. Sense títol
1960
Photographie
Photographie vintage. Gélatine argentique sur papier.

Marcel fut aussi un pionnier de la photographie publicitaire au sein de son Estúdio Giró, où travaillèrent de jeunes apprentis devenus par la suite de grands photographes, tels le Catalan J.R. Duran et Márcio Scavone. Il faut relever ici le rôle joué par Palmira, qui supervisait tout le processus de production du studio. Elle aimait collaborer avec les directeurs artistiques des agences de publicité, elle s’occupait des moindres accessoires, qu’il s’agisse de la décoration ou du stylisme des modèles, et elle donnait toujours son avis sur les photos finales. C’est en ce sens qu’elle représentait un point d’équilibre important dans la créativité de Marcel. Elle était sa muse, mais elle était aussi sa critique la plus exigeante. Ainsi, il est significatif qu’après le décès de Palmira en 1978, Marcel, très affecté, ait abandonné la photographie publicitaire. Quant à sa carrière de photographe artistique, il met fin à une étape, délaissant le noir et blanc pour se consacrer principalement à la photographie de voyages.
Palmira Puig i Marcel Giró. Fulla de contacte
1950
Photographie
Réimpression de photographies. Imprimé avec 12 encres pigmentées sur papier Baryta.

Il a été difficile d’identifier l’œuvre non signée de Palmira puisqu’elle utilisait bien souvent le même appareil que Marcel, ce qui fait qu’un même rouleau pouvait contenir des photos prises par l’un ou par l’autre. En outre, même quand ils avaient chacun leur appareil, ils leur arrivait de photographier la même chose, l’un à côté de l’autre, comme le faisaient aussi d’autres membres de l’École pauliste. Les photographes du Foto Cine Clube Bandeirante avaient l’habitude de sortir ensemble le week-end pour des prises de vue en groupe. Comme l’évoque J.R. Duran : « Je l’accompagnais de temps en temps les week-ends où il partait à la recherche de la photographie pure, pour ses essais, en dehors du studio et du travail publicitaire. Ces expéditions urbaines étaient de véritables cours de photographie et je n’oublierai jamais tout ce que j’y ai appris : la composition, l’élégance, le cadrage. »
Marcel Giró. Sense titol (Autoretrat de Palmira Puig i Marcel Giró)
1951
Photographie
Photographie vintage. Gélatine argentique sur papier.

Pendant son long séjour au Brésil, Marcel Giró fut considéré comme l’un des plus grands photographes de publicité, un domaine auquel il s’était initié après avoir tenté d’autres expériences commerciales. Son succès dans la publicité et en tant qu’artiste confirme, comme cela a été le cas pour d’autres photographes, l’idée selon laquelle la photographie appartient au domaine des arts et métiers.




BARCELONA
ESPAIS VOLART
Expositions temporaires d'art contemporain

Espai Volart Telèfon E-mail Localització
BARCELONA
MUSEU CAN FRAMIS
Musée de la peinture contemporaine

Can Framis Telèfon E-mail Localització
PALAFRUGELL
MUSEU CAN MARIO
Musée de la sculpture contemporaine

Can Mario Telèfon E-mail Localització
TORROELLA DE MONTGRÍ
MUSEU PALAU SOLTERRA
Musée de la photographie contemporaine

Palau Solterra Telèfon E-mail Localització


Inscrivez-vous à la newsletter © 2019 Fundació Vila Casas   *   Politique de confidentialité   *   Cookies policy   *   Site map   *   Anunzia