Fundació Vila Casas
MUVACC


CAT | ESP | ENG | FRA

Exposition virtuelle

Isidre Manils


Tot reposa en la superfície
Début 30/04/2017
Èxposition réalisée du 3 novembre 2008 au 31 février 2006 à la Fundació Vila Casas

Isidre Manils

Tout repose sur la surface 

Tout repose sur la surface

Derrière le tableau il y a le mur !

Isidre Manils

 

L’atelier de l’artiste est lumineux, en ordre, la propreté y règne, premier signe de la présence de l’art. Sur la table, une petite sélection d’huile indique l’austérité et la maîtrise de la technique picturale : jaune de cadmium moyen, bleu outremer, carmin laque, vert émeraude, dioxazine mauve… L’exégète remarque qu’une partie du studio n’est pas aménagé : des zones sombres, peu éclairées, ressemblent à des pièces gardées, tenues secrètes.

L’exégète regarde, assumant son devoir d’interprète, cherche ce que le tableau recèle, ce qui se cache...


en savoir plus

EXPOSITION DE PEINTURES: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17
Sense títol
Peinture
Huile sur toile

Nous ne savons pas si Isidre Manils a l’esprit d’un cinéaste qui se cache derrière la peinture, mais ce qui est évident, c’est la grande influence du cinéma sur sa vision du monde. Et sa façon d’appréhender le réel à travers des images et des séquences. Cet artiste de Sabadell a grandi en dessinant et en regardant des films dans le cinéma familial de la localité de Mollet. Il affirme lui-même devoir plus à Hitchcock qu’à Picasso. Il veut peut-être dire par là que son esthétique formelle s’apparente aux cadrages que permet la pellicule. Loin des peintures aux tendances expressionnistes qu’il réalisait dans sa jeunesse, Manils semble retourner à ses origines : une enfance cinéphile à travers laquelle il comprend le monde.
Sense títol
2006
Peinture
Huile sur toile

La superposition, l’une après l’autre, des couches picturales élimine toute trace de peinture pour faire surgir ce qui s’apparente à un photogramme. L’œuvre se charge d’un vocabulaire qui relève davantage du cinéma que de la peinture. Car l’artiste ne souhaite pas laisser de trace de la matière. Ses peintures ressemblent à des projections de la vie même, formées d’images que Manils collecte, reproduit, saisit. Les corps apparaissent comme des fantômes, les sujets perdent de leur importance pour céder la place à des réalités différentes. L’identité des représentés n’est qu’un prétexte pour faire émerger un concept universel.
Sense títol
2006
Peinture
Huile sur toile

L’austérité des couleurs nous montre un artiste qui maîtrise le procédé pictural. Il réduit la peinture au point d’en éliminer toute trace. Lui-même affirme qu’il affronte la peinture, l’interroge jusqu’à ce qu’elle lui parle, pour mieux aboutir à cette apparence de non-peinture. Les frottages créent des images estompées, semblables à des photogrammes flous. L’artiste semble créer son propre scénario, qu’il expose au spectateur comme une énigme. Ses images sont parfois des allusions à l’amour, une formalisation des baisers et des caresses. Une tentative de trouver une connexion avec lui-même et avec le spectateur.
Sense títol
2006
Peinture
Huile sur toile

Les œuvres de Manils cherchent très souvent à composer un univers entier et à l’embrasser. Les fragments se superposent, il établit des relations avec des images et des scènes qui ne semblent pas vouées à se rencontrer mais que Manils combinent à la perfection. Ses œuvres nous montrent un personnage introspectif et méthodique. Une technique simple comme la peinture lui permet de composer et de raconter à la façon d’un artisan. Quand il parle de la peinture, il ne parle pas de l’art. Il se voit lui-même comme un de ces premiers peintres qui ne pensaient pas faire de l’art mais de la peinture, qui étaient en dernière instance des artisans. La peinture d’Isidre obéit au même principe. Avec pour seule ambition de connecter avec ceux qui savent la lire.
Tú, I, II, III
1997
Peinture
Acrylique sur toile

Avant l’avènement du cinéma et de la photographie, les scènes et les images étaient capturées par les peintres ; il n’est donc pas étonnant que le cinéma primitif et la photographie aient été influencés par ce regard pictural sur le monde. Isidre Manils opère un renversement. Si des cinéastes contemporains prolongent la dimension picturale du cinéma, lui transforme la peinture à partir d’une vision cinématographique. Ce triptyque offre trois représentations du même sujet, qui danse et qui s’échappe de la scène. On est face à un récit ou à une allusion à la vie et à la mort.
640
2004
Peinture
Huile sur toile

Ce film présenté par l’artiste est composé de 640 images. Cette œuvre apparaît comme une image singulière plutôt que comme une histoire. Une séquence d’images subtilement représentées qui dénotent du mouvement, de l’action et une trame. C’est une allusion évidente au cinéma, aux matériaux que celui-ci utilise, aux pellicules de film semi-transparentes, comme la peinture de Manils, qui a elle aussi des aspects diaphanes. L’obsession de dépeindre et de raconter à travers la lumière, le mouvement figé et le récit. Plus de 600 images qui n’en font qu’une. Plus de 600 idées qui forment un tout unique.
Déjame pensar...
Peinture
Huile sur toile

L’artiste comprend la peinture comme la matière de la lumière. Comme dans les films, la lumière (ou son absence) est ce qui crée l’image. Au cinéma, la lumière est projetée sur une toile pour faire surgir une scène. Manils projette sa peinture et sa lumière sur la toile et nous livre une apparition. Il cherche des références qui séduisent: ce sont parfois des images « faibles », comme il le dit, des coupures de presse, des éléments bruyants. Parfois des scènes précises puisées dans sa mémoire : le rideau rouge du cinéma, un baiser projeté, ou des scènes marquées par une cinétique constante.
Sense títol
2006
Peinture
Huile sur toile

Les personnages surgissent de l’arrière-plan de la scène, sans visage défini. Cette sorte de brouillard caractéristique de la plupart des œuvres de Manils crée un sentiment d’intemporalité. Nous ne savons pas si l’image appartient au passé ou au futur, si elle est de l’ordre de la mémoire ou de la projection. Nous voyons la représentation d’un idéal d’humanité qui transcende la réalité. Le flou de la ligne accentue cette atmosphère diffuse qui semble sortie d’un rêve. Nulle volonté de représentera un personnage reconnaissable. L’omission du concret devient universelle. L’identité disparaissant, on a affaire à un concept qui parle de toute l’humanité.
7:23h
2006
Peinture
Huile sur toile

Manils base son travail sur l’obsession de la lumière et la façon de la représenter. Qu’il s’agisse de la lumière naturelle ou artificielle, de la lumière projetée ou de la transparence, l’artiste la transforme en matière. C’est l’axe de sa perception de la réalité. Dans ses constantes sérialisations, il combine les différents stades de la lumière pour faire apparaître d’autres réalités dont l’assemblage crée quelque chose de nouveau. La lumière nous permet de percevoir la matière et Manils parvient à la représenter, subtilement, entre les voiles, nous donnant l’occasion de réfléchir à travers elle. La lumière devient synonyme de réalité, celle qui, vraie ou non, apparaît dans ses tableaux.
Sense títol
2005
Peinture
Huile sur toile

Le regard frontal de la figure semble sortir du visage qui le porte. L’imprécision de l’anatomie nous montre un peintre qui cherche volontairement à représenter une pensée plus absolue que la vérité du modèle. Les différentes versions peuvent être une tentative de concrétion ou de construction. Le silence enveloppe l’œuvre qui semble vouloir conjuguer un souvenir et une réalité. Une série de portraits avec de petites variations nous offre finalement une image unique. Elle ne nous propose pas seulement une expérience esthétique, mais aussi une réflexion sur l’identité. L’œuvre, presque monochrome, souligne les yeux en bleu et l’expression de la bouche en brun mauve.
700
2005
Peinture
Huile sur toile

Dylan
2004
Peinture
Huile sur toile

Effekten I
2006
Peinture
Huile sur toile

Effekten II
2006
Peinture
Huile sur toile

Sense títol
2006
Peinture
Huile sur toile

Sense títol
2006
Peinture
Huile sur toile

Sense títol
2004
Peinture
Huile sur toile





MUSÉES PHYSIQUES DE LA FUNDACIÓ PRIVADA VILA CASAS:
BARCELONA

ESPAIS VOLART
Exhibicions temporals Art Contemporani

Espai Volart
BARCELONA

MUSEU CAN FRAMIS
Museu de Pintura contemporània

Can Framis
PALAFRUGELL

MUSEU CAN MARIO
Museu d’Escultura Contemporània

Can Mario
TORROELLA DE MONTGRÍ

MUSEU PALAU SOLTERRA
Museu de Fotografia Contemporània

Palau Solterra



© 2015 Fundació Vila Casas   *   Politique de confidentialité   *   Cookies policy   *   Site map   *   Anunzia